442

<Calvin






Ce soir, je suis sortis du boulot et j'ai rejoins une amie pour voir un film. Elle m'attendait à la sortie. On à fait le chemin ensemble. J'étais content de la retrouver. J'ai oté mes lunettes pour me sentir plus proche d'elle. J'ai poussé sur ma planche et j'ai apprecié les sensations de glisses et du vent sur mon visage en sa compagnie.
C'est en prenant un rapide casse croute qu'elle à commencé à faire de la jalousie. Avec qui je traine, avec qui je vie, avec qui je travail... Puis on s'est installé devant le film.
La, en général, elle se tais.
Cette fois, elle en à profité pour me tenir la main. Le sujet du film à du l'émouvoir. Alors après le film, je l'ai prise dans mes bras, je suis monté sur ma planche et on a dévallé tout les deux les Champs Elysées.

Je n'avais pas, encore, mes lunettes. C'est comme si tout ces anonymes qui peuples l'avenue, avaient décidé de devenir incognito. Plus de touristes, plus de vendeurs à la sauvette, plus de travailleurs fatigués, plus de couples amoureux... RIen qu'elle et moi qui naviguions parmis les ombres jusqu'à la bouche de métro la plus lointaine.
J'ai voulu mettre fin au rendez-vous, mais elle a insisté pour me suivre. Je suis faible devant ses suppliques. Ce soir encore je la rejoins dans mon lit. Ma chère solitude.